Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > A Soulaines, le père Noël s’appelle Andra et les élus y croient (...)

A Soulaines, le père Noël s’appelle Andra et les élus y croient encore

Pour ceux qui doutaient encore de l’influence exercée par l’Andra sur les élus de l’Aube, la lecture de l’article publié cette semaine dans l’Est-Eclair leur ôtera leurs dernières interrogations. Le contenu est édifiant.

On apprend ce que de nombreux observateurs et militants, Michel Gueritte en tête, savaient déjà : l’Andra, non contente d’arroser la région en subventions, se montre très généreuse lorsqu’il s’agit de caresser nos élus dans le sens du poil. Entre les parties de chasse offertes à nos maires, les nuits d’Hôtels 4 étoiles gentiment payées, les concerts, les match de foot, les dîners au Palais du Luxembourg, l’Agence chargée d’enfouir nos déchets nucléaires ne lésine pas sur la calinothérapie pour s’attirer les faveurs des responsables politiques. Le sommet ultime de cette connivence est atteint par Philippe Dallemagne. Le charmant président de la Communauté de Communes du Soulainois dirige lui-même les journées de chasse organisées sur les terres de l’Andra ; journées auxquelles sont conviés les élus fanas de la gâchette. L’histoire ne dit pas si, sous les vents chargés en tritium, les sangliers à 5 pattes brillent la nuit...

Simple lobbying ? Nous sommes bien au-delà de cela... Car il ne s’agit pas d’influencer des parlementaires qui font la loi en les invitant à « je ne sais » quel colloque où tel ou tel industriel vantera les mérites de son travail. Non. Ici, on ne s’embarrasse pas des précautions d’usage du lobbying bon chic, bon genre qui se pratique dans les salons parisiens. Ici, dans le trou du cul de la France, puisque la loi interdit d’offrir des mallettes pleines de billets, l’Andra les remplace par ces cadeaux savoureusement « beauf » qui sauront convaincre les élus d’accepter le bonheur des déchets nucléaires.

Cela dit, les réactions de ces derniers sont encore plus étonnantes que les agissements de l’Andra. Pour nos responsables, ces pratiques semblent si naturelles, si installées dans le quotidien qu’il n’y a, pour eux, pas la moindre p’tite question éthique à se poser.
L’un, maire de Colombé-la-Fosse, offre ses places à l’ESTAC à ses conseillers municipaux parce qu’il n’est « pas trop foot ». L’autre explique : « on répond à ces invitations par politesse. » (sic). Philippe Dallemagne, ce grand naïf, ne sait pas si « c’est bien ou pas bien » (re-sic). Cela vous laisse imaginer le niveau intellectuel du personnage... Il assure même, à qui voudra bien le croire que « cela ne remet pas en cause mon indépendance d’élu. Cela n’a rien à voir. » (re-re-sic).

Ben, si ! Cela a tout à voir. Il faut même être un sacré benêt ou d’une mauvaise foi incroyable pour ne pas avoir conscience des questions que posent ces p’tits cadeaux. Il faut avoir jeté son éthique et sa morale au fond de la Seine pour ne pas comprendre ce que ces relations révèlent de la compromission. Car pourquoi diable l’Andra s’amuse-t-elle à jouer les pères Noëls auprès des élus ? Pour quelles raisons dépense-t-elle des milliers d’euros pour, chaque année, satisfaire les plaisirs de quelques élus si ce n’est afin d’en espérer un juste retour ?

Une chose est certaine : la réaction des élus concernés, leur facilité à accepter ces cadeaux montrent à quel point ceux-ci ont totalement perdu le sens moral et éthique pourtant nécessaire quand on représente des centaines et des milliers de citoyens.

Répondre à cet article | Article au format PDF

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 5 décembre 2015