Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Politique > Election législative : Casting tragique dans la 3e circonscription.

Election législative : Casting tragique dans la 3e circonscription.

Le maire de Troyes ayant choisi les douceurs du palais du Luxembourg, ils seront 8 candidats pour une place : celle de député de la 3e circonscription. 8 candidats, issus de 8 partis, mais tous, ou presque, sortis du même moule.

Car le portrait-robot du candidat est terrifiant de conformisme et de ce que la politique nous offre depuis 40 ans. Qu’il s’appelle Girardin, Subtil, Menuel ou Mathieu, le profil de ce quatuor infernal est celui d’un mâle, blanc, cumulard, professionnel de la politique et responsable de son parti. Oubliés les engagements de la parité, du renouvellement ou du non-cumul, les cadors ont repris les affaires en main pour tenter de chiper un siège jusqu’à présent solidement occupé par Baroin. On compte ainsi, pour ces 4 impétrants, un total de 11 mandats : 1 maire, 2 vice-présidents d’agglomération, 1 vice-président du Conseil Régional, 2 conseillers municipaux, 1 premier adjoint, 2 conseiller régionaux présidents de leur groupe politique, 2 conseillers communautaires. Et je vous épargne les fonctions politiques que les 4 occupent dans leurs partis... Manifestement pas rassasiés par cette orgie élective, nos 4’z’amis en veulent encore plus, toujours plus, et se verraient bien devenir député.

Inutile de vous dire que ce casting tragique illustre le pire de la vie politique et l’abysse qui sépare les discours des actes. Il faut aussi imaginer que nos 4 impétrants ne se sont nullement concertés pour en arriver là. Par un hasard qui n’en est pas un, cette nouvelle bande des quatre applique la même stratégie, les mêmes logiques politiciennes. L’entre-soi règne en maître. Élevés sous le même biberon depuis 30 ans, côtoyant les mêmes assemblées, les mêmes commissions, les mêmes réunions, ils finissent, sans même sans rendre compte, par penser pareil, par agir pareil. A peine Baroin parti, voilà les chefs de meute se précipiter pour récupérer la place en écartant, au passage, les jeunes pousses qui pourraient avoir l’outrecuidance de donner un coup de pied dans cette montagne d’ennui. Il ne manque que Marc Sebeyran et Pierre Bissey pour compléter ce triste tableau. Au final, ils deviennent les clones rouges, roses, bleus et bruns d’un monde politique qui nous rejoue la même danse et n’en finit pas de mourir. Les voilà donc candidats contre eux-mêmes dans une triste parodie d’élection dont on sait presque par avance l’issue.

Et ils s’étonneront de voir les électeurs bouder les urnes...

Répondre à cet article | Article au format PDF

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 5 décembre 2015