Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > La ville > Extinction de l’éclairage public à Troyes : 200 tonnes de CO2 économisées par (...)

Extinction de l’éclairage public à Troyes : 200 tonnes de CO2 économisées par an.

Avec la publication par "Press’Troyes" d’un dossier complet sur l’éclairage public à Troyes, la ré-édition de cet article, publié en 2012, témoigne du chemin parcouru sur ce sujet et des enjeux écologiques autour de cette question.

L’extinction de l’éclairage public est-elle bonne pour la planète ? Si on en croit les spécialistes, cette mesure, en plus de faire empocher près de 200 000 euros par an, pourrait éviter l’émission de 200 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

La proposition de Philippe Beury d’éteindre l’éclairage public à certaines heures de la nuit semble être considérée avec de plus en plus d’attention. Le Conseiller Municipal MoDem a reçu l’appui de plusieurs élus de l’opposition et François Baroin paraît même de moins en moins hostile à cette mesure. Il vient d’ailleurs d’approuver la constitution d’un groupe de travail assorti d’un calendrier pour mettre ces paroles en actes.

200 000 euros à économiser chaque année

PDF - 519.7 ko
Dosser Press’Troyes : L’éclairage public

Les enjeux ne sont pas anecdotiques. A la clé, selon Philippe Beury, la ville pourrait économiser près de 200 000 euros/an en coupant l’éclairage entre minuit et 6 heures du matin, 5 nuits par semaine. A cette somme, il faudrait encore ajouter les Certificats d’Economie d’Energie que la municipalité pourrait revendre. En effet, avec les accords de Kyoto, un système d’incitation aux économies d’énergie a été mis en place. Il consiste, grosso-modo, à donner une valeur financière aux économies d’énergie réalisées. Celles-ci peuvent être mises en vente, sous forme de CEE, sur un marché pour permettre à d’autres acteurs, les « obligés », de les acheter. [1]

L’équivalent en CO2 d’un million de km en voiture

Mais au-delà des brouzoufs et des pépettes, cette mesure permettrait d’éviter l’émission de plusieurs centaines de tonnes de CO2 chaque année. L’affaire n’est pas anodine. Notre agglomération doit en effet bâtir un Plan Climat Territorial digne de ce nom et sensé apporter des réponses concrètes dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le récent Forum Climat a d’ailleurs montré combien pour l’instant, ce fameux Plan Climat sonnait plutôt creux. Or, l’extinction de l’éclairage public, telle que Philippe Beury l’a proposée, pourrait permettre une réduction immédiate de nos rejets de CO2 de près de 200 tonnes/an et plus de 400 tonnes à l’échelle du Grand Troyes. Autrement dit, cette simple mesure pourrait permettre de donner à ce Plan Climat une efficacité réelle et immédiate, loin du baratin qu’on nous a servi ces dernières semaines. Il reste à savoir comment nous sommes arrivés à ces chiffres. Rien de plus simple.

Actuellement, notre ville consomme pour son éclairage public 5 657 659 kwh/an [2]. En appliquant la mesure proposée par le Conseiller MoDem, nous économiserions environ 1 751 000 kwh/an. Selon l’ADEME, chaque kwh d’éclairage public contient entre 85 et 134 grammes de CO2. En moyenne, l’ADEME retient pour l’éclairage public le chiffre de 109 g/kwh. Les kwh économisés par notre ville correspondraient donc à 190 tonnes de CO2 non rejetés dans l’atmosphère.

Enclencher un cercle vertueux pour les finances de la ville et son bilan carbone

Évidemment, une telle valeur reste abstraite. Que représentent 200 tonnes de CO2 ? Selon les données disponibles sur le net, ces 200 tonnes correspondent à environ 1,4 millions de km parcourus par une voiture diesel de petite cylindrée ou 1 400 Paris-Marseille en avion. Le gain serait considérable. D’autant plus qu’il ne coûterait rien à la collectivité et permettrait même de lui faire gagner près de 200 000 euros chaque année ! Une somme qui, si elle était ré-investie dans la modernisation "écologique" du réseau, pourrait permettre d’accroître encore les économies réalisées, enclenchant ainsi un cercle vertueux pour les finances de la ville et son bilan carbone [3]. A titre de comparaison, on peut estimer, en étant très généreux, que la Halle aux Vélos, action "phare" de la ville en matière écologique, apporte, à la louche, un gain d’une ou deux tonnes de CO2/an. Sauf que ce service-vélo coûte chaque année plusieurs dizaines de milliers d’euros à la collectivité... Pour nos élus, il s’agit donc de décider s’ils veulent d’une mesure 100 à 200 fois plus efficace d’un point de vue écologique et capable, dans le même temps, de remplir les caisses de plusieurs centaines de milliers d’euros.

En résumé...

Coût de l’éclairage public à Troyes Gain de l’extinction partielle Halle aux Vélos
5 657 659 kwh/an 1 751 597 kwh/an  ???
600 000 euros/an 190 000 euros/an coût : plusieurs dizaines de milliers d’euros
616 tonnes de CO2/an 190 tonnes CO2/an Gain CO2 : 1 à 2 tonnes
4,2 millions de km en voiture 1,4 millions de km en voiture 7 000 km en voiture
4 200 trajets Paris-Marseille en avion 1 400 trajets Paris-Marseille en avion 7 trajets Paris-Marseille

Voir en ligne : http://www.auboisementcorrect.com/1...

P.-S.

Cet article, paru initialement sur auboisementcorrect en décembre 2012, prend aujourd’hui un écho particulier avec la publication dans Press’Troyes d’un dossier complet sur ce sujet.

Notes

[1le plus souvent, ces « obligés » sont des vendeurs d’énergie, contraints par la loi de réaliser un certain volume d’économie d’énergie. C’est cette contrainte qui les oblige alors à acquérir, auprès des collectivités locales par exemple, ces fameux CEE

[2Source : Diagnostic technique 2011

[3Cette somme pourrait financer des variateurs d’intensité ou des détecteurs de présence permettant d’enclencher l’éclairage lorsque celui-ci est utile

Répondre à cet article | Article au format PDF

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 5 décembre 2015