Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > L’Aube, voiture-balai de l’écologie

L’Aube, voiture-balai de l’écologie

92e sur 96. L’Aube n’est pas le dernier département en matière d’écologie mais n’en est pas très loin !
Encore un effort à faire, un incinérateur ou un centre d’enfouissement de déchets nucléaires et nous seront, à coup sur, la voiture balai de l’écologie française !

Le détail de ce palmarès de l’écologie publié par l’hebdomadaire « La Vie » est à peine plus optimiste qu’un discours de Nicolas Hulot. Tous les critères, ou presque, sont dans le rouge. Seuls ceux des énergies renouvelables (41e) ou, étonnamment, de la qualité de l’eau (20e) surnagent dans ce marais sombre.

Qualité de l’air : 44e

JPEG - 145.7 ko

Ce n’est certes pas le plus mauvais classement de cette étude. Mais cette 44e place n’est guère réjouissante. Dans un département rural, peu exposé aux effets « cuvettes » que connaissent des villes comme Grenoble ou Saint-Etienne, on comprend difficilement comment nous sommes si mal placés. D’autant que nos voisins immédiats, l’Yonne et la Haute-Marne obtiennent une honorable 18e place. Il faut bien reconnaître qu’à Troyes, les épisodes de pollutions aux particules fines se sont multipliés l’année passée. Le faible développement des transports en commun, la mollesse de la politique autour des déplacements doux et l’étalement urbain que nous connaissons font, hélas, de la voiture, une contrainte pour beaucoup d’aubois. C’est sans doute là, une raison à cette piteuse 44e place.

Gestion des déchets : 55e.

Pas terrible... Malgré la réduction du volume de nos déchets engagée depuis 10 ans, notre département ne parvient pas à se hisser dans la 1er moitie de ce classement. Pourtant, sa faible densité urbaine devrait permettre une gestion des déchets plus efficace. Car, c’est ce qu’on constate, les ruraux sont souvent de bien meilleurs éco-citoyens, en matière de tri et de compostage que les urbains. La Haute-Marne décroche ainsi la 2e place de ce classement ! La preuve qu’il existe une marge de progression considérable dans ce domaine. Une marge de progression qui, si elle était véritablement exploitée, rendrait totalement inutile la construction d’un incinérateur.

Protection de la biodiversité : 65e

On commence à toucher le fond. Non pas que cette place soit la plus mauvaise, mais surtout parce qu’elle s’inscrit dans un département rural qui se vante d’abriter, un Parc Naturel Régiona l !! Un comble... Autour de nous, l’Yonne et la Côte d’Or atteignent la 6e place. Les départements de la région parisienne font même souvent nettement mieux que l’Aube, à l’image de la Seine et Marne ou de l’Essone : 30e.
Nous touchons le fond car nous devrions faire fructifier ses atouts que sont les forêts du Pays d’Othe et, surtout, le PNRFO. Evidemment, dans ce classement pèse l’absence de politiques de protection que devraient porter le département mais surtout la région (pourtant dirigée par la Gauche et les écologistes...).

Agenda21 : 79e

Je n’épiloguerai pas sur le sujet des Agenda21. Si Troyes s’est doté d’un tel outil, on peut rester dubitatif sur son intérêt réel. Souvent, en effet, ces Agenda21 sont des usines à gaz aux contours flous, aux aspects très vaguement contraignant, qui dans le meilleur des cas, se limitent à être des inventairs à la Prévert d’actions déjà programmées. Il n’empêche que la rareté de ces agenda, fussent-ils critiquables sous bien des aspects, montre bien le faible intérêt porté par nos élus aux questions environnementales.

Agriculture biologique : 92e

Sans surprise, l’agriculture biologique nous donne l’un des pires résultats de ce palmarès. Sur notre territoire, règne une agriculture nourrit d’engrais et de pesticides. Le bio demeure confidentiel, porté à bout de bras par quelques militants courageux mais peu soutenus par les pouvoirs publics. Malgré quelques initiatives ici ou là, la Chambre de l’Agriculture demeure un temple du productivisme où les écolos sont regardés avec la plus grande méfiance. Les récentes manifestations contre la directive « nitrates » ont d’ailleurs montré à quel point cette prise en compte de l’écologie était encore difficile. Ne désespérons pas. Quelques récentes initiatives, comme le drive-fermier permettent de croire que nos agriculteurs prennent peu à peu conscience de la nécessité d’un nouveau mode de production et de consommation.

Consommation durable : 93e

Cela se passerait presque de commentaire. Cette 93e place en matière de consommation achève de donner de l’Aube l’image d’un département où le durable ne rime qu’avec la terrifiante durée de vie de nos déchets nucléaires. Pour le reste, évoquer le développement durable ou, dans ce cas, la consommation durable, équivaut à prêcher dans le désert.

Il faut l’admettre, même si ces palmarès sont contestables, celui-ci reflètent une réalité locale. L’écologie est ici absente, confinée à deux ou trois bobos qui comme moi, font ce qu’ils peuvent, seuls, pour sensibiliser une population marquée par la crise économique. L’état de l’écologie politique dans notre département, l’absence d’association et d’élus, les piètres scores d’EELV sont bien à l’image de cette 92e place.

Voir en ligne : Le palmarès de l’écologie

Répondre à cet article | Article au format PDF

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 5 décembre 2015