Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > L’Aube vraimement champion du tri ?

L’Aube vraimement champion du tri ?

Champagne !!! L’Aube serait enfin, en matière d’écologie, un bon élève. Selon des chiffres dévoilés il y a quelques mois par la presse locale, notre département serait le numéro 1 régional en terme de tri, dans un territoire (La champagne-Ardenne) exemplaire pour toute la France : « En Champagne-Ardenne, déjà première région pour la qualité de tri des emballages en France, l’Aube s’affiche comme le meilleur élève. »

Pour un poil de Yak, on pourrait croire que notre région et singulièrement notre département seraient les champions toutes catégories du tri. Hélas, il n’en est rien et comme souvent, le raccourci journalistique étête un peu la vérité. On découvre facilement que, selon cette étude, la Champagne ne figure pas en haut du palmarès : « Les régions où l’on trie le plus sont : l’Ouest (Bretagne, Pays de Loire et Poitou-Charentes), le Nord –Pas de Calais et l’Est (Franche-Comté, Bourgogne). Et les régions où l’on trie le moins : le Sud-Est (Corse, PACA et Languedoc-Roussillon) et l’Ile-de-France. » [1]. Pas de Champagne à l’horizon...

JPEG - 69.9 ko

Les cartes ci-contre, tirées de cette étude de l’Ipsos, montre même que notre région, lorsqu’on évoque les « trieurs systématiques », se place légèrement en-dessous de la moyenne nationale pour les emballages légers, et légèrement au-dessus de cette même moyenne pour le verre. Bref, la Champagne-Ardenne est dans le ventre-mou de ce classement.

Notre département est-il tout de même le bon élève que l’on nous vante dans nos journaux ? Difficile à dire car quand la chaîne locale, Canal32, parle de 57kg/an/hab, la presse écrite évoque, elle, le chiffre de 54,6kg/an/hab. Qui croire ? Peu importe... Sans doute, l’Aube est-il le département de Champagne le plus vertueux. Sa dimension rurale et les efforts entrepris par le SDEDA lui donnent tous les atouts pour être le leader d’une région relativement moyenne. Au Royaume des aveugles, les borgnes sont rois. D’évidence, ce proverbe s’applique pour notre département.

Mais l’essentiel est ailleurs. L’article de l’Est-Eclair est à mettre en face du projet d’incinérateur que nos élus veulent nous vendre. Notre journaliste nous dit ce que j’ai écrit à de nombreuses reprises : la quantité de nos déchets baisse chaque année. Elle est passé de 94 000 tonnes en 2009 à 87 315 tonnes en 2013. Or le projet d’incinérateur repose officiellement sur une production de 90 000 tonnes [2]. Ce chiffre, d’ors et déjà faux, le sera encore plus d’ici la construction de ce four, vers 2020 au mieux. Le postulat de départ est donc erroné. Il est d’autant plus erroné que la marge de progression est importante. Danièle Boeglin le reconnaît : « Malgré les bons résultats du Sdeda, le tri n’est pas encore totalement un automatisme et c’est pourquoi il nous importe de progresser encore. Mieux on trie, moins cela coûte à la collectivité.  ». Autrement dit, la quantité de nos déchets devrait encore se réduire, non seulement par l’optimisation de nos emballages mais aussi par un plus grand développement du tri.

Est-il alors raisonnable d’investir 50 à 60 millions d’euros dans un incinérateur ? Est-il bien sérieux de poursuivre un tel projet qui, on le sait, risque de percuter de plein fouet cette politique visant à préserver les matières premières ?

Notes

[1Extrait de la note de juin 2014 publiée par Ipsos

[2Même 93 000 tonnes si on s’appuie sur la première délibération du SDEDA de 2012

Répondre à cet article | Article au format PDF

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 5 décembre 2015