Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > L’incinérateur au cœur du PNRFO, c’est maintenant !

L’incinérateur au cœur du PNRFO, c’est maintenant !

Notre incinérateur, nous l’aurons ! Les fidèles d’auboisementcorrect et de Troyes-Ecologie se souviennent de la polémique autour de la charte du PNRFO. Il y a deux ans, Nicolas Dhuicq a prouvé qu’il pouvait être un député utile... à la France Véolia ! Au terme d’un lobbying forcené, notre élu était parvenu à faire modifier l’article 49 de la charte pour permettre l’implantation future d’un incinérateur. A l’époque, les protestations avaient été aussi molles qu’un recadrage ministériel de Jean-Marc Ayrault. Et la Région, pourtant collectivité tutélaire du parc, avait laissé faire. Il faut dire que les uns et les autres (Chapi-Chapo, le préfet, la sous-préfete et les élus), la main sur le cœur, déclaraient que jamais, au grand jamais, il n’avait été question de planter un four à poubelles au milieu d’un parc naturel. Dieu sait pourquoi Nicolas Dhuicq avait alors fait modifié ce foutu article. Et Dieu sait pourquoi Véolia avait invité, en juillet 2010, les élus du Parc à visiter son incinérateur de Chalons...

Deux ans après nous avoir pris pour des dindons, l’incinérateur que nous pressentions, fait, en toute discrétion, son retour. En toute discrétion car l’article de Chapi-Chapo fait état d’une "usine de valorisation énergétique". Nos amis ont, ici encore, choisi de manier avec virtuosité la novlangue administrative ; celle pour qui un ballon de rugby est un référentiel bondissant aléatoire ; les caméras de surveillance, des outils de vidéoprotection ; et un tube de vaseline, un facilitateur de négociation... Notre incinérateur, au terme de ce passage dans la machine du politiquement correct est donc devenu «  une usine de valorisation énergétique  » (sic). C’est nettement plus joli et ça fout beaucoup moins les j’tons ! Sauf qu’au final, le résultat est le même. On brûle des ordures, des tonnes d’ordures pour produire un peu d’énergie...

Bientôt, un incinérateur pour cendrer les grues !

Nous voilà donc, presque officiellement, avec un bel incinérateur au milieu du Parc Naturel.

Concrètement, cela reviendrait à construire une usine de valorisation énergétique qui, après incinération des déchets, permettrait soit d’alimenter un réseau de chaleur, soit de produire de l’électricité. Rien n’est encore arrêté [...] C’est en effet [le Conseil Général], au plan départemental, qui fixera définitivement le choix du mode de traitement de ces déchets.

Je dis presque officiellement car pour le moment, si l’incinérateur est sur les rails, le lieu n’a pas encore été choisi. Évidemment, après avoir fait tant d’efforts pour modifier l’article 49 du PNRFO, après avoir payé aux élus du parc une belle visite dans le barbecue à ordures chalonnais, les dindons que nous sommes goberont sans mal l’idée que l’implantation de cette usine puisse ne pas avoir encore été choisie...

Et pourtant, notre gratte-papier local, qui lui n’est pas un dindon, n’a rien trouvé à redire et n’a même pas fait le moindre lien entre ce projet d’incinérateur et la polémique autour du Parc Naturel. Balèze... Il faut dire que deux ans, c’est long pour un poisson rouge journaliste...

Un incinérateur sans pollution ? Oui, et mon c..., c’est du poulet ?

Vous me direz : « les ordures, faut bien en faire quelque chose ! ». C’est certain. Et il est vrai que l’enfouissement n’est pas, loin de là, la meilleure solution. Mais l’incinération, fut-elle rebaptisée et édulcorée, reste une très mauvaise solution.

D’abord, parce que les rejets dégagés par ce type d’usines n’ont rien d’anodin. Dire comme le disent nos amis de Chapi-Chapo qu’elles « n’émettent plus aucune pollution. » est aussi idiot que de parler d’un véhicule propre pour qualifier une voiture électrique [1]. Car ces incinérateurs, si modernes soient-ils, n’échappent pas au principe de Lavoisier « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme  ». En brûlant des centaines et des milliers de tonnes de saloperies, nécessairement, ils produisent des tonnes d’autres saloperies particulièrement polluantes et dangereuses. N’oublions d’ailleurs pas notre passé. Il y a 30 ou 40 ans, les incinérateurs étaient déjà considérés comme surs et propres. L’histoire a montré quels risques ils faisaient courir aux populations.

Les incinérateurs sont des aspirateurs à déchets

Ensuite, et c’est peut-être le plus grave, parce que ces incinérateurs sont de véritables aspirateurs à déchets. La viabilité de telles usines nécessitent en effet des quantités constantes et importantes d’ordures. Sinon, ces usines finissent par coûter plus chers qu’elles ne rapportent. En cela, elles sont donc contraires à toutes les préconisations des associations écologistes et du Grenelle de l’environnement : réduire, à la source, la quantité de déchets. Dit autrement, les incinérateurs, parce qu’il leur faut beaucoup d’ordures, sont une incitation à produire des déchets plutôt qu’à les réduire.

Bien évidemment, il existe une partie des déchets dont nous ne savons que faire. Des déchets qui ne sont, pour l’instant, ni recyclables, ni valorisables autrement qu’en les brûlants. Mais la part de ces déchets est de plus en plus faible. Or, l’incinération ne fait pas dans le détail. Elle brûle tout ce qui passe et par conséquent offre la paresse de ne plus chercher à réduire ces déchets, à trier et à recycler. C’est bien là tout le problème...

L’incinération, au final, doit être considérée comme l’ultime recours, la dernière issue, celle que l’on peut envisager après avoir épuisé toutes les autres formes de réduction des déchets. Or, force est de constater que dans l’Aube, que ce soit en matière de réduction à la source (lutte contre le sur-emballage, contre les prospectus publicitaires, développement de l’achat en vrac..) ou en matière de valorisation « verte » (compostage, méthanisation...) nous sommes très, très loin d’avoir exploité tout le potentiel dont nous disposons.

Voir en ligne : Article original publié sur auboisementcorrect

P.-S.

A lire également, l’intervention du Conseiller Général écolo de Sainte-Savine : http://jmmassin.canalblog.com/archives/2012/10/25/25418035.html

Notes

[1L’électricité, produite par le nucléaire, le charbon ou le pétrole est tout sauf propre

Répondre à cet article | Article au format PDF

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 5 décembre 2015