Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > La ville > Quartier de la Gare : sortir du "tout bureau"

Quartier de la Gare : sortir du "tout bureau"

Dire que le quartier de la Gare représente un truc honteux pour une ville telle que Troyes est encore en dessous de la vérité. Dans une citée comme la notre, où les efforts de rénovation ont été si importants, où la vigilance des associations protection du patrimoine a pu être si forte, cette gare, son parvis, son terrain vague en guise de parking, ses bâtiments condamnés, sont autant de petites humiliations imposées à nos regards.

Un projet de requalification serait, parait-il, à l’étude. L’enquête sur la mobilité récemment lancée par Troyes en a donné quelques pistes. Un récent article de notre presse locale semble confirmer la volonté de moderniser ce quartier. Il est plus que temps !!

Cela dit, les rares éléments dont on dispose sont encore flous. On parle de faire un « pôle multimodal ». Un joli mot, un beau jargon qui n’est, en réalité, qu’une évidence, une quasi lapalissade pour un tel projet. On parle aussi d’y implanter des commerces, des services et des restaurants. Là encore, rien de bien neuf. E somme, notre Ville parait vouloir s’engager dans un projet, certes urgentissime, mais sans la moindre originalité.

Le risque est, comme souvent, de faire naître beaucoup de faux espoirs. Un parvis neuf, de jolis arbres, des commerces plus ou moins occupés, des bus et des vélos ne suffiront pas nécessairement à redonner vie à ce quartier. D’autant que la crise dans laquelle s’enlise notre pays n’offre pas les conditions optimales à la réussite de ce projet. Le risque est également de vouloir coller un projet trop classique sans prendre en considération le contexte local et surtout sans se donner un objectif précis. Que veut-on concrètement développer ? S’agit-il de mimer les quartiers de Gare des autres villes ? Alors, à coup sur, cette requalification n’apportera pas grand chose au développement et surtout au rééquilibrage de notre agglomération.

Il convient de penser ce projet à l’échelle de toute notre agglomération et, cela ne surprendra pas les lecteurs de ce site, par le prisme de l’écologie urbaine. Pour aller vite, l’idée maîtresse est de freiner, si ce n’est d’inverser, le processus d’étalement urbain auquel nous assistons. Pourquoi ? Parce qu’il est nécessaire, pour préserver nos terres agricoles, pour recréer un urbanisme plus dense et plus durable, pour réduire nos émissions de CO2, de faire revenir les activités économiques mais aussi les habitants au coeur de la ville. Pour cela, cette requalification offre des belles opportunités. L’une d’entre-elles me semble intéressante. Elle consisterait à imposer, dans la reconstruction de nouveaux immeubles, la mixité fonctionnelle.

Concrètement, il s’agirait de mélanger, au sein de ce vaste programme et même au sein des bâtiments les fonctions résidentielles, les fonctions de services et les fonctions commerciales. Toutes les audaces sont possibles : Alterner les étages selon les fonctions, réserver le dernier étage aux logements, combiner les bâtiments résidentiels et les bâtiments tertiaires... Les avantages d’un tel urbanisme sont nombreux. Le premier nous permet de retrouver le caractère originel des villes où, depuis la nuits de temps, les fonctions ont toujours été mêlées. Le second nous offre la possibilité de redensifier notre tissu urbain et de redonner vie à un quartier aujourd’hui désert. D’ailleurs, qui sont les premiers clients des commerces d’un quartier sinon les habitants du quartier ? Où réside la vitalité à un espace urbain sinon dans ce dosage éternel entre les activités économiques, les loisirs et la vie familiale ? Accessoirement, cette mixité à bien d’autres atouts, comme, par exemple, celui d’optimiser les dépenses énergétiques. La journée, le logement de la famille Michu profitera de la chaleur des bureaux de l’étage inférieur. Mme Michu rentrera chez elle, le soir, sans devoir pousser son chauffage. A l’inverse, au matin, les employés de la société « Flic-Flac Assurance » débuteront leur journée en profitant de la chaleur résiduelle produite par l’appartement de Mme Michu. Tout le monde y trouvera son compte. A fortiori si, rêvons un peu, ces bâtiments adoptent, pour leur construction, un très haut niveau d’exigence écologique.

Répondre à cet article | Article au format PDF

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 5 décembre 2015