Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Se déplacer > Pollution aux particules fines : l’urgence de choisir de nouveaux modes de (...)

Pollution aux particules fines : l’urgence de choisir de nouveaux modes de déplacements

Début 2013, nous avions connu un nombre impressionnant d’alertes à la pollution atmosphérique. Rebelote cette semaine où notre agglomération a, une nouvelle fois, été mise en alerte à plusieurs reprises.

La principale cause est connue de tous : les particules fines émises par le chauffage mais surtout par les moteurs diesel. Le sujet n’est pas anecdotique et ne concerne pas seulement les sportifs, privés du footing dominical, ou le 3e âge plus fragile que vous et moi. Non, ces épisodes répétés posent d’évidentes questions de santé publique que l’OMS a plusieurs fois mises en lumière : «  l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a fait que confirmer de très nombreuses études, dont les plus récentes chiffraient à 42 000 par an le nombre de morts prématurés liés à l’inhalation de ces particules et à 6 et 7,5 mois la perte moyenne d’espérance de vie des citadins français selon la ville.
Asthmes, bronchiolites, maladies cardio-vasculaires et respiratoires, le tribut payé aux particules fines émises par les véhicules diesel est lourd et désormais connu de tous.
 » [1].

Le danger ne survient évidemment pas seulement lors de ces journées d’alerte. Chaque jour, nous sommes confrontés à ces particules nocives. Chaque jour, nous inhalons ces éléments nocifs. Chaque jour, nous contribuons à alourdir la facture économique mais surtout humaine liée à la sur-utilisation des diesels. Et même sans aller jusqu’à cette question de la pollution diffuse, il nous faut, si nous souhaitons véritablement prévenir les épisodes d’alerte, agir avant que la pollution ne survienne.

A quand un PDU à la hauteur des enjeux ?

Que peut faire une municipalité ? Beaucoup de choses, et particulièrement à l’échelle de l’agglomération qui détient les compétences nécessaires pourvu que la volonté politique soit là. Sur ce sujet, le Grand Troyes s’est, jusqu’à présent, montré d’une timidité coupable. Le PDU [2], récemment voté, n’envisage qu’une baisse de 5 % de la part de l’automobile dans nos déplacements. Ceci est encore plus ridicule lorsqu’on sait que cette baisse de 5 % n’est fixée qu’à l’horizon 2024 !! Autant dire que la volonté de nos élus s’est arrêtée au bout du stylo. Comprenez bien qu’une baisse de la part modale de la bagnole, ne signifie d’ailleurs pas une réduction réelle du nombre de véhicules en circulation. Pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour comprendre que si le bus et le vélo augmentent plus vite que la bagnole, la part de cette dernière diminuera mécaniquement sans que la circulation ne se réduise, ni même la pollution.

Évidemment, Troyes et son agglomération peuvent faire bien mieux en matière de transports « propres ». Et ce ne sera pas compliqué ! Ce n’est d’ailleurs pas tout à fait un hasard si, au cours de cette campagne électorale, la médiocrité du réseau cyclable est pointée du doigt par les habitants. Ce n’est pas non plus un hasard si, lors des rencontres avec les habitants, beaucoup critiquent la faible qualité du service de transports en commun. Ce sont là deux secteurs où les efforts doivent se porter ; deux secteurs largement évoqués par D. Sydor dans son projet pour Troyes qui, en l’absence d’un projet alternatif porté par le candidat de l’UMP et les autres prétendants, demeure le seul à proposer des réponses à ces questions.

Busway, vélo et véhicules propres

Parmi les projets les plus marquants, l’équipe de D. Sydor évoque notamment la mise en place d’un busway sur la ligne 6. Il s’agirait d’aménager cette ligne avec une voie dédiée sur sa quasi-totalité en lui faisant bénéficier d’une fréquence très élevée. En d’autres mots, un tel système offre les avantages du Tramway (rapidité, fréquence, régularité) sans son coût. Il permettrait de redorer l’image et l’attractivité de ce mode de déplacement. Dans la même perspective de développer une mobilité moderne, la liste de D. Sydor n’oublie pas le vélo. Dans ce domaine, c’est un travail de dentellière qu’il faudra effectuer. Non seulement, il s’agira de corriger les nombreuses erreurs du réseau actuel [3], mais surtout impulser un nouveau cadre, un nouvel esprit pour permettre de développer la pratique du vélo. Ce cadre passe par quelques principes simples comme la nécessité de laisser le vélo sur la chaussée (et non sur des bouts de pistes tracées maladroitement sur des trottoirs), comme la prise en compte effective des vélos lors de la réfection d’une chaussée (ce qui permettra d’appliquer réellement la loi sur l’air)... Dernière idée qui m’est plus personnelle, c’est celle de la voiture électrique. Actuellement, la ville de Troyes ne dispose que d’une toute petite poignée de bornes de recharge. Trop peu pour permettre de voir se développer cette alternative. Trop peu pour que les habitants puissent choisir ces voitures qui, sans être écologiquement parfaites, ont l’énorme avantage de n’émettre aucune particule fine. Avec seulement 2 prises publiques, il ne sera pas difficile, pour une nouvelle municipalité d’augmenter considérablement les bornes de recharge.

Transports en commun, vélos, véhicules électriques, voilà trois pistes qui peuvent permettre, à moyen terme, de faire reculer l’usage de la voiture et les émissions polluantes liées. A plus long terme, la situation climatique et énergétique nécessitera de repenser un urbanisme durable, plus dense, plus sobre et économe.

Notes

[1Source rue89

[2Plan de Déplacement Urbain

[3Hélas, l’accident survenu ce mardi matin sur le rond point Galley montre la dangerosité du réseau actuel

Répondre à cet article | Article au format PDF

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 5 décembre 2015