Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > En vrac > Alerter, discuter, proposer > Quand les riches maigrissent, les pauvres meurent...

Quand les riches maigrissent, les pauvres meurent...

Il y a 3 ans, Yves Cochet [1] publiait un livre intitulé « Pétrole Apocalypse ». Le pétrole taquinait alors les 60$. Il y parlait des conséquences prévisibles de la fin de l’ère pétrolière : « d’abord une hausse des prix des produits pétroliers, puis du gaz et de l’énergie, enfin de toutes les denrées et de tous les services, innombrables , qui en dépendent et meuvent nos sociétés. Si aucun programme d’urgence [...] n’est mis en oeuvre, nous entrerons dans une période d’inflation et de récession, de chaos social et de conflits internationaux ».

« quand les riches maigrissent, les pauvres meurent... »

Apocalyptique, excessif, le livre de l’ancien ministre de l’environnement a beaucoup été critiqué. A tort :
- 3 ans plus tard, le pétrole a presque doublé et dépasse les 110$, contredisant toutes les annonces de baisse.
- 3 ans plus tard, l’inflation est à son plus haut niveau en Europe.
- 3 ans plus tard, les stocks de céréales sont au plus bas depuis 30 ans et ne dépassent pas les 2 mois !
- 3 ans plus tard, le FMI annonce la récession aux Etats-Unis.
- 3 ans plus tard, les émeutes de la faim se multiplient partout dans le monde.

Evidemment, le pétrole n’est pas le seul responsable. Le réchauffement climatique, la désertification, l’appauvrissement des sols... apportent d’autres éléments pour expliquer cette crise d’un nouveau genre. Une crise qu’on peut qualifier d’écologique car elle remet profondément en cause notre relation avec notre planète.

Pendant longtemps, nous avons, en effet, cru à une terre infinie, capable de nous offrir, ad vitam eternam, les ressources dont nous avions besoin (matières premières, nourritures...) ; capable de nourrir une population de plus en plus nombreuse et dont le confort de vie ne devait cesser d’augmenter ; capable d’encaisser les pollutions que nous lui faisions subir.

Nous touchons, aujourd’hui, aux limites de cette chimère. Nous commençons à percevoir que la Terre n’est pas la corne d’abondance dont nous rêvions, qu’elle est plus sensible que nous pensions à notre impact...

Partout dans le monde, les effets de cette crise d’un nouveau genre se font sentir. Mais, comme souvent, les premières victimes sont les plus fragiles, les plus démunis. La crise est injuste. Et pour reprendre un proverbe chinois terriblement d’actualité : « quand les riches maigrissent, les pauvres meurent... ». C’est bien ce qui nous attend. A tel point qu’un rapport récent de l’ONU indique que la hausse des prix alimentaires serait bien structurelle et pourrait entraîner des conséquences bien plus graves que celles que nous subissons déjà.

Que faire ?

On peut choisir de fermer les yeux, de se foutre la tête dans le sable en criant que « cela ira mieux demain ». On peut balayer ces faits d’un revers de main en expliquant le manque de crédibilité et de sérieux des écolos. Hélas, la réalité se chargera de nous rappeler l’évidence de la situation.

L’urgence humanitaire doit d’abord nous conduire à aider les plus démunis : ceux qui meurent de faim, la-bas, très loin...

L’urgence nous oblige à cesser la scandaleuse exploitation des terres agricoles pour produire les agro-carburants. La plupart des experts s’accorde aujourd’hui à dire les conséquences funestes de cette forme d’agriculture sur le prix des céréales.

Puis il faudra nous pencher avec lucidité sur notre modèle de civilisation. Peut-on encore, ici, dans nos pays développés, consommer l’équivalent de 5 planètes Terre, alors qu’ailleurs on meurt de faim ? Peut-on montrer du doigt les excès de la Chine en matière d’environnement alors que chaque européen, chaque français pollue infiniment plus qu’un chinois ? Peut-on encore laisser croire que notre modèle « Pavillon-monospace-supermarché » est viable à long terme ou transposable ?

La remise en cause sera difficile car elle supposera pour chacun d’entre-nous de regarder la vacuité de son comportement, l’égoïsme de son mode de vie.

Notes

[1Ancien ministre de l’environnement Vert

2 Messages

  • Quand les riches maigrissent, les pauvres meurent... , par patrick bruel
    Le 12 avril 2008 à 19:12

    ça fait pas 3 ans, ça fait des années que patrick bruel parlait des bulles !

  • Quand les riches maigrissent, les pauvres meurent... , par esmeralda !
    Le 15 avril 2008 à 12:42

    tiens, je remarque que le monseigneur de mon Q a quitté aubois’, sûr trop préoccupé de la réélection berlus conne hier, !
    eh ! le monseigneur ! :: et l’urgence prophétique de bruno chenu, bla-bla ! qu’en faites-vous !

    ça fait des lustres que les pro-fêtes nous parlent(tous des artistes pas des photocopies invertébrées com vous !) , mais il faut régulièrement et sécure lièrement savoir les écouter !basta, cette catholicité, qu’elle reste accrochée à ses statues ! rien ne change ; elle non plus !

    bonne conscience dans toutes les guerres !la honte absolue !
    MINABLES CONDUCTEURS DES PEUPLES ? LES AVEUGLES Y VOIENT PLUS CLAIR SANS VOUS !
    locatelli !

Répondre à ce message

Répondre à cet article | Article au format PDF

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 5 décembre 2015